Inecat

Séminaire du 20 mai 2017 à la Halle Saint-Pierre


Séminaire mensuel à la Halle Saint-Pierre, sous la direction de Jean-Pierre Klein
Samedi 20 mai 2017 de 14h30 à 16h30
Stéphane Charpier, professeur de neuroscience,
Esprit, es-tu là ?

Halle Saint Pierre – à l’auditorium Réservation conseillée : 0 14 25 8 72 89
Entrée 10 € (5 € pour les élèves INECAT carte d’adhérent de l’année)

Stéphane Charpier est professeur de neurosciences à l’Université Pierre et Marie Curie-Paris 6 et dirige une équipe de recherche fondamentale et clinique à l’Institut du Cerveau et de la Moelle épinière (ICM). Ses travaux portent sur les mécanismes et le contrôle des oscillations électriques cérébraux associées aux états neurologiques normaux et pathologiques. Son équipe a notamment découvert les neurones déclencheurs des crises d’absence et démontré l’existence d’une mémoire « endogène » dans les neurones du cortex. Elle a mis récemment au point les enregistrements de neurones unitaires chez les patients atteints d’épilepsie.

REPRÉSENTATIONS
Après sept années consacrées à l’énigme de la création et à l’expérimentation de la métaphore en art comme en thérapie, puis à la réappropriation du corps propre grâce à son abord détourné, enfin à l’intime et ce qui peut en être témoigné, nous abordons la question complexe du représenter.
Nous sommes dans un temps où le montré a pris la place du représenter. On nous affronte à des images qui ne contiennent plus que l’imaginaire de leurs concepteurs en vue de nous aliéner et de nous soumettre dans l’immédiat à une délégation à l’objet ou à une décision qui nous échappent à mesure qu’on croit pouvoir s’en saisir. Le symbolisme imposé depuis l’extérieur ne nous permet plus d’édifier nos propres symboliques. L’art, la thérapie, l’art-thérapie, quand elles ne cèdent pas à la recherche d’impact d’objectifs partiels à atteindre, permettent la représentation qui suppose le temps, la capacité d’être ouvert, la possibilité d’un imprévisible, l’exploration d’inconnus que par là même on suscite et on génère.
Représenter est un terme lui-même tellement fourvoyé et polysémique que l’invoquer peut être un leurre, voire une tromperie.
Comment artistes, scientifiques, historiens d’art, thérapeutes, peuvent-ils restaurer cette « faculté de symboliser » qui signe, selon Benveniste, la condition humaine plus que jamais menacée par de l’inhumanité prescrite ? Les réflexions de cette 8ème année tenteront de nous indiquer des pistes de résistance que nous illustrerons en juin avec des art-thérapeutes.
Chaque 3ème samedi par mois de janvier à juin 2017 de 14h30 à 16h30
INECAT/Art et Thérapie, 27, rue Boyer, 75020 Paris,
Inscrivez-vous pour recevoir le programme détaillé de l’année à : klein.jpkev@gmail.com

 


© 2010 art & thérapie / inecat